Pas de vacances pour les anges

Pas de vacances pour les anges

Adultes

  |  Proches aidants

  • Durée50 minutes - intercatif
  • TexteMaureen Martineau
    Nicole-Èva Morin
    Louise Proulx
    Patrick Saucier
  • Mise en scèneMichel Cormier
  • ScénographieCybel Saint-Pierre
  • Public cibleProches aidants et tous ceux qui se préoccupent du sort des aidants et des aidés
  • DistributionJean-François Gascon
    Louise Proulx
    Josée Rivard
  • Direction artistiqueHélène Desperrier
  • CostumesCybel Saint-Pierre

PAS DE VACANCES POUR LES ANGES : soutenir la «main-d’œuvre aidante».

Le rôle d’aidant est complexe. Il a le droit de s’arrêter un moment, de demander de l'aide et de comprendre qu'il n’est ni infaillible, ni seul. C'est pourquoi il est important de lui donner des occasions de reprendre son souffle et de partager avec des pairs sur sa situation.

Pas de vacances pour les anges est une occasion de rencontres, de réflexion, une pause salutaire qui arrive comme une bouffée d’air frais. Cette pièce de théâtre interactive permet de prendre du recul avec des gens qui vivent la même situation : on échange, on trouve des solutions, on dédramatise des situations, on arrive même à rire de ce qui n’est plus drôle… c’est une véritable bouée de sauvetage pour certains. La production permet aussi de sensibiliser l'ensemble de la population sur l'importance de prendre soin de nos aidants qui sont des éléments clés de notre société. Une main-d'oeuvre précieuse, dévouée. souvent laissée à elle-même et qui mérite qu'on prenne du temps pour elle.

Même les anges ont besoin de vacances!

La pièce

Pas de vacances pour les anges est une pièce au regard rempli d’émotions qui met en scène une réalité troublante, celle des aidants naturels. 

Perpétue, Marie-Ange et Aimé : trois aidants naturels… trois anges, diraient certains.

Perpétue vit avec son mari qui a subi un AVC.  Elle fait tout son possible pour lui rendre la vie agréable, mais il a des « caprices ».  Comme elle le dit : « On se fâche parce qu'ils ont leurs petits caprices, mais parfois, c'est tout ce qu'il leur reste. ».  Aider, c’est du travail, mais c’est aussi du questionnement.
Marie-Ange a sa mère à sa charge.  Alzheimer.  Le sens du devoir et la reconnaissance sont de nobles sentiments, mais… « Y'a des jours, je trouve ça ben difficile.  Mais je lui dois ben ça.  On doit tout à nos parents.  C'est sûr que ça me fendrait l'coeur de la laisser tomber. »
Aimé soutient sa femme qui souffre de sclérose en plaques.  L’amour est présent, mais la lourdeur de la tâche aussi.  « Oui mais r'garde l'heure quié.  T'es pas changée, t'as pas eu tes soins.  J'en ai encore pour une heure avant que j'puisse dormir.  Chu fatigué, Constance. »

Une réalité et un phénomène qui vont en grandissant

Des cellules familiales plus petites, un soutien à domicile bien en deçà des besoins... la grande question aujourd'hui n’est pas : «Serai-je un jour un aidant?», mais plutôt: «Quand deviendrai-je un aidant?». Très souvent, cette responsabilité arrive sans crier gare, sans donner de temps pour se préparer et laisse les personnes qui doivent faire face à cette nouvelle réalité devant une montagne de difficultés administratives, humaines et sociales. En outre, l’espérance de vie est de plus en plus longue; le parcours d’aidant peut durer de quelques années à toute une vie!

Engagés et généreux, les proches aidants poursuivent leur accompagnement de la personne aidée au-delà de la transition du domicile à un centre d’hébergement. L’aide revêt une signification relationnelle de nature affective, nécessitant une disponibilité et un engagement réels envers la personne aidée. En résulte : conciliation famille/travail complexe, essoufflement, isolement, détresse et un grand risque de détérioration de la santé, mentale et physique. Souvent, quand tu es proche aidant, la première chose que les gens te demandent quand ils te rencontrent c’est : « comment va ta mère… ton père… ta conjointe… ». On ne te demande pas souvent comment tu vas.

Pas de vacances pour les anges, c'est un temps donné pour poser la question et prendre le temps d'entendre la réponse... « Alors, toi, comment vas-tu? »

 

Pour plus d'informations

Emmanuelle Nadeau
Responsable du secteur social et milieu de travail
819-758-0577, poste 233
514-383-7077, poste 233
enadeau@parminou.com


Calendrier de tournée

  • Mardi 19 Septembre 2017à Forestville
  • Mercredi 20 Septembre 2017à Les Escoumins
  • Mardi 3 Octobre 2017à Shawinigan
  • Vendredi 6 Octobre 2017à Plessisville
  • Jeudi 9 Novembre 2017à Vaudreuil-Dorion
  • Mercredi 22 Novembre 2017à Val d'Or
  • Mercredi 22 Novembre 2017à Senneterre
  • Jeudi 23 Novembre 2017à Amos
  • Vendredi 24 Novembre 2017à La Sarre
  • Vendredi 24 Novembre 2017à Rouyn-Noranda
  • Samedi 25 Novembre 2017à Ville-Marie
  • Jeudi 25 Janvier 2018à LaTuque
  • Vendredi 26 Janvier 2018à St-Thècle